Connaissance et savoir

La connaissance et le savoir sont deux choses différentes comme nous le dit Cyril dans une interview sur Nurea Tv (vidéo : resonance numerique du 23 février 2021) ou you tube et sur son site l’Arche du Savoir.
Au départ on a des données; On va créer un paquet cohérent . par exemple on a les ingrédients pour une recette de crêpe. Avec cela je peux faire des crêpes; J’ai la connaissance mais je n’ai pas encore le savoir.
Je dois comprendre et assimiler ce que j’ai appris, puis ensuite je dois l’expérimenter. Ces deux dernières étapes franchies, j’accède alors au savoir.
L’école et l’enseignement en général s’arrête le plus souvent au stade de la connaissance.

Quand j’étais au lycée, j’ai appris la théorie des leviers. Plus tard je me suis dit: “chouette, je vais pouvoir faire une brouette”. Si la théorie des leviers permet d’expliquer comment lever une charge avec moins de force, elle n’explique pas comment la faire avancer. J’ai du faire appel à une deuxième théorie, celle de la roue et concevoir aussi des articulations pour transformer un mouvement vertical en mouvement horizontal. Ensuite il m’a fallu trouver une autre théorie pour créer la caisse en bois ou en métal qui va permettre de porter les charges.

Pour économiser la force musculaire vaut-il mieux pousser la brouette ou la tirer? Qui le premier a créer la brouette? celui qui connaissait toutes les théories ou celui qui ne les connaissait pas e faisait cela par intuition?
On se souvient au lycée du calcul de la résultante entre des forces qui agissaient par l’intermédiaire de poulies. Toto a trouvé la solution ; le fil a cassé, le poids est tombé sur le pied du professeur qui a été obligé d’interrompre son cours. Toto avait raison; une science de la résistance des matériaux a été mise en place mais on supposait au lycée qu’on ne tenait pas compte de ce problème. A la sortie du lycée on avait des connaissances avec une question fondamentale mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toutes les connaissances apprises au lycée